Tout comprendre sur le nom de domaine d’un site

Comment trouver et acheter le nom de domaine idéal pour son site internet ?

Qu’est-ce qu’un Nom de domaine ?

Le nom de domaine, l’adresse d’un site sur le Web

Une adresse Internet se compose d’un préfixe « www » (World Wide Web) suivi d’un nom de domaine. Chaque site possède une adresse IP qui lui permet d’être identifié sur le réseau Internet. Le système des noms de domaine a été créé pour améliorer l’accessibilité au web, en recouvrant d’un masque les adresses IP avec un nom plus facile à mémoriser. Le but du système des noms de domaine va donc être principalement de faciliter la communication avec à un ou plusieurs serveurs et des utilisateurs.

Adresse internet composée d'un préfixe et d'un nom de domaine

Chaque URL (Uniform Resource Locator) présente sur le Web peut être associée à une adresse IP. Le DNS (Domain Name System), un service informatique implémenté dans les années 1983, va venir traduire les noms de domaine en adresse IP.

L’URL ainsi traduite permet de localiser la position du serveur informatique. Le nom de domaine (NDD en notation abrégée) permet entre autres d’identifier l’emplacement d’un site et l’ensemble des données qu’il héberge sur le World Wide Web. On peut ainsi comparer le nom de domaine à une adresse postale. Celui-ci est utilisé aussi bien pour localiser un site que pour la création de boites mails.

Nom de domaine des serveurs Amazon

Le nom de domaine est par usage le même que le nom du site. Il représente donc la première clé de la communication d’un site web. Choisir un nom de domaine peut s’avérer décisif dans le succès d’un site internet.

L’extension, une composante du nom de domaine à ne pas négliger

Le nom de domaine se compose d’un ensemble de caractères et d’une extension TLD ( Top Level Domain). Le suffixe à la fin de l’adresse d’un site web (.com, .fr, .net, .org, etc.) est-ce que l’on nomme le domaine de premier niveau. Pourquoi « Top Level » ou premier niveau » ? Tout simplement, car les adresses web sont lues de droite à gauche, l’extension est donc considérée comme le niveau hiérarchique supérieur.

Quelle extension choisir pour un nom de domaine ?

L’importance de l’extension dans le choix d’un nom de domaine

L’extension correspond à la partie qui termine un nom de domaine. Toutes les extensions ont un sens et il est important de choisir une extension cohérente avec l’origine, la cible ou l’objet de son site web.

Pour chaque extension, il y a une organisation chargée d’administrer les registres de noms de domaine correspondants. Ces organisations peuvent être des ministères, des organisations à but non-lucratif, des sociétés ou encore des coopératives.

Citons en exemple, les 3 millions de sites avec un nom de domaine en .fr comme c’est le cas de capdecom.fr, ils sont tous enregistrés et administrés par l’AFNIC (Association Française pour le Nommage Internet en Coopération).

Il est fréquent que les organisations délèguent à un registraire (registrar en anglais) ou bureau d’enregistrement de noms de domaine, le soin de vendre et de renouveler les enregistrements.

Les extensions de nom de domaine peuvent être classées principalement en trois catégories :

Les « Generic top-level domain » ou « Legacy TLD ». Les domaines génériques regroupent les extensions présentes au début de la création du système des noms de domaines. Elles englobent 7 extensions : .com, .edu, .gov, .mil, .org et .net. Ces extensions font partie des plus présentes et populaire sur Internet.
Les « nTLD » ou nouvelles extensions génériques résultent du programme de création de nouvelles extensions Internet créée à partir de 2014. Des extensions récentes qui font parfois face à une certaine méfiance de la part des internautes. Parmi les extensions les plus courantes, citons : .bzh, .paris, .online, .voyage, ou encore .experts.
Les ccTLD (country code Top Level Domain) ou extensions géographiques (.fr, .es, .ru, .it, etc.). Le système des domaines nationaux de premier niveau dont chaque pays est responsable. Il est courant de voir certaines extensions nationales détournées ou utilisées de manière non-conventionnelle. L’extension .tv est par exemple une extension nationale rattachée aux iles polynésiennes des Tuvalu, mais désormais largement utilisée par des sites de vidéos ou de télévisions. Ceci est rendu possible grâce à des règles d’enregistrement complaisantes de certaines organisations d’enregistrement.

Les suffixes recommandés pour son nom de domaine

L’extension .com, initialement utilisée pour désigner les sites commerciaux, elle est désormais vue comme l’extension généraliste de référence. Le .com est l’extension la plus populaire sur le web et est présente sur près de 40 % des noms de domaines.
L’extension .net, abréviation de network signifiant « réseau » est utilisé pour tous les sites relatifs à Internet ou l’univers du digital. Le .net est également vu comme une alternative quand le .com n’est pas disponible.
L’extension .info, abréviation de information est une extension très utilisé dans les sites d’actualités.
L’extension .org, abréviation d’information est une extension très utilisée dans les sites d’actualités.
L’extension .fr, abréviation de France est une extension nationale destinée aux sites français ou à d’un manière plus large à un public francophone.

Quel est le prix d’un nom de domaine

Combien coûte un nom de domaine ?

L’enregistrement et le renouvellement d’un nom de domaine ne sont pas gratuits. Le prix annuel d’un nom de domaine se situe autour d’une dizaine d’euros par an pour un nom avec une extension générique ou nationale (.com, .fr, .net, .org, etc.) et autour d’une cinquantaine d’euros pour les noms spéciaux (.io, .global, .green, etc.). Le prix d’un nom de domaine va principalement varier en fonction du bureau d’enregistrement (registraire) et de l’extension du domaine.

Le nom de domaine gratuit la première année

Il faut savoir que la majorité des bureaux d’enregistrement, à l’instar de Google Domains, Name Cheap ou encore GoDaddy, propose un prix réduit la première année.

Il faut savoir également que la majorité des hébergeurs web, à l’instar de o2switch, Planet Hoster ou encore OVH, propose le nom de domaine gratuit ou offert la première année. La réservation d’un hébergeur web étant une étape indispensable à la création d’un site internet, il est donc souvent préférable de choisir un hébergeur qui offre la réservation du nom de domaine.

L’impact des noms de domaines « Parking »

La réservation et le renouvellement d’un nom de domaine ne coûtent quasiment rien, mais la réalité est quelque peu plus complexe.

Actuellement, plusieurs acteurs sont spécialisés comme acheteur-revendeur de noms de domaines. Ils possèdent des milliers de noms de domaines « à potentiel » qu’ils conservent dans l’espoir de les revendre plusieurs milliers d’euros. Des millions de noms de domaines sont ainsi enregistrés sans être utilisés. Ils sont laissés en parking et stockés pendant plusieurs années dans l’attente d’un éventuel acheteur.

Les noms de domaines « parqués » représentent plus de 55 % de l’ensemble des noms de domaines enregistrés. Ils représentent ainsi un marché secondaire à part entier où le prix d’un nom de domaine se revend entre 800 € et plusieurs centaines de milliers d’euros. Des tarifs souvent inaccessibles pour les particuliers ou les petites entreprises.

Réserver un nom de domaine disponible

Comment réserver un nom de domaine ?

Une fois l’étape de vérification de disponibilité effectuée, il va vous falloir procéder à l’enregistrement du nom de domaine. Pour enregistrer un nom de domaine, il faut passer par un bureau d’enregistrement agréé. Les registraires certifiés permettent d’enregistrer une large variété d’extension.

La réservation d’un nouveau nom de domaine s’accompagne souvent de la réservation d’un hébergement web. Dans ce cas le plus simple est souvent de confier l’enregistrement à son hébergeur qui propose généralement le nom de domaine gratuit la première année. À partir de la deuxième année le renouvellement de celui-ci est généralement facturé quelques euros.

Prenons l’exemple de capdecom.fr, le site a été créé avec WordPress et est actuellement domicilié chez l’hébergeur o2switch. Lors de la souscription à l’offre d’hébergement, l’hébergeur a pris en charge l’enregistrement gratuit du nom de domaine sur le registraire Bookmyname. Par la suite, le renouvellement est facturé par l’hébergeur 8,25 euros par an.

Trouver un nom de domaine disponible

Comment trouver un nom de domaine ?

Trouver un nom de domaine de qualité et libre est devenu compliqué sur les extensions généralistes et en particulier sur l’extension .com. Il existe heureusement plusieurs outils pour vous aider dans la recherche de nom de domaine.

Parmi les outils disponibles, Domain Typer est un outil efficace qui permet de vérifier la disponibilité d’un nom de domaine ainsi que le prix de celui-ci. Domain Typer permet également de vérifier la disponibilité du nom du site sur les différents réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Tumblr, You Tube, etc.), une fonctionnalité très utile dans la construction d’une stratégie de communication globale.

Recherche d'un nom de domaine sur l'outil Domain Typer

Il est également possible de venir interroger la base Whois connaître le propriétaire d’un nom de domaine et le registraire associé sur lequel celui-ci a été enregistré.

QUID des noms de domaine expirés ?

Un nom de domaine expiré est un nom de domaine dont le propriétaire n’a pas souhaité renouveler l’enregistrement. Il peut également arriver que le propriétaire ait tout simplement oublié de renouveler l’enregistrement.

Parmi les célèbres oublis, celui de Mountain View (Google) est le plus emblématique. En 2011, l’immense firme Google membre du petit cercle privé des GAFA a oublié de renouveler son nom de domaine principal Google.com. Un ex-employé avait donc pu acheter le nom de domaine Google, l’espace de quelques secondes pour 12 $. Heureusement, la commande avait été passée sur le bureau d’enregistrement de la firme, ce qui a permis à Mountain View de s’en rendre compte et d’annuler la commande quelques minutes plus tard. En dédommagement, la firme a offert plus de 6 000 $ à l’ex-employé qui en a fait don à une association.

Un domaine qui arrive à expiration et qui n’est pas renouvelé passe par une période de grâce (entre 0 et 45 jours) puis par une période de rédemption (30 jours) pour finalement être supprimé (entre 0 et 5 jours). Un domaine devient donc expiré et de nouveau disponible à l’achat entre 2 et 3 mois après la date d’expiration.

Pourquoi acheté un domaine expiré ?

Acheter un domaine expiré peut s’avérer être une opération profitable, en particulier pour le référencement naturel de votre site (SEO). Utiliser un nom de domaine expiré permet de récupérer et bénéficier de certaines métriques liées à un ancien site. Les trois métriques les plus importantes vont être l’âge (l’âge est un critère de confiance pour les moteurs de recherche), les backlinks (liens pointant vers le site) et éventuellement un trafic déjà existant (URLs déjà positionnées sur les moteurs de recherche).

Attention certains domaines sont tout simplement laissés en déshérence ou abandonnés suite à des pénalités ou de mauvaises pratiques (sites ayant été blacklistés). Dans ce cas, racheter un nom de domaine expiré s’avèrera une très mauvaise opération, car la mauvaise réputation de l’ancien site se transmettra à votre site. L’achat d’un nom domaine expiré est une pratique à double tranchant, car il consiste à acheter une e-réputation existante qu’elle soit bonne ou mauvaise.

Comment acheter un domaine expiré ?

Acheter un domaine expiré demande plus de préparation et d’anticipation. Il existe de nombreuses plateformes sur lesquelles il est possible de pré-commander un nom de domaines expiré ou arrivant à expiration, comme Kifdom ou Youdot.

Avant tout intention d’achat, il faut se livrer à une étude approfondie pour vérifier la qualité du domaine (Domaine Autority, Trust Flow, Backlinks, etc.). Cela prend du temps et c’est un secteur concurrentiel. La majorité des domaines à fort potentiel possède souvent des offres d’enchères élevées.

Acheter un domaine expiré demande un travail minutieux et de longue haleine qui peut porter ses fruits, mais qui comportera toujours le risque d’acheter un domaine blacklisté.

Les 5 règles à respecter

Un nom de domaine doit être facile à comprendre et facile à écrire

Un nom de domaine doit être simple et compréhensible. Vous devez dès lors vous poser une question : Les gens seront-ils capables d’écrire correctement votre nom de domaine si vous le prononcez à voix haute ? Faites un test auprès de votre entourage, les résultats peuvent parfois s’avérer inattendus

Un nom de domaine doit être le plus court possible

Plus un nom de domaine est court, plus sa mémorisation sera facile. Essayez de toujours choisir un nom de domaine de moins de 8 caractères ou 4 syllabes. Vous allez vous rendre compte que les noms de domaine en moins de 5 caractères sont quasiment tous réservés cela va donc vous demander probablement du temps de recherche et un petit travail d’investigation.

Un nom de domaine doit éviter les chiffres et les tirets

Les chiffres et les tirets au sein d’un nom de domaine créaient de la confusion. Ils sont donc à éviter autant que faire se peut.

Un nom de domaine doit posséder une extension cohérente

L’extension (ou le suffixe du nom de domaine) est très importante pour un bon référencement local. Ne choisissez pas une extension comme .es, correspondant à l’Espagne, si vous prévoyez d’écrire votre site en français. Choisir une mauvaise extension peut induire en erreur les algorithmes des moteurs de recherche et ainsi pénaliser le référencement naturel de votre site.

En règle, générale, il est conseillé de choisir une extension généraliste comme le .com si celle-ci est disponible. Les extensions géographiques comme .fr peuvent être également intéressantes si vous ne prévoyez pas de créer un site multilingue.

Un nom de domaine doit respecter le droit des marques

Dans le cas où une marque déposée est identique à votre nom de domaine et a été préalablement enregistrée (antériorité de la marque), vous vous exposez potentiellement en contrefaçon de cette marque. Votre responsabilité pourrait donc être engagée à ce titre.

Légalement, le risque est faible, mais vous vous exposez par contre au risque que la marque revendique votre nom de domaine et qu’elle le récupère.

Il est donc préférable de toujours effectuer un travail de vérification sur :
Le site de l’INPI pour les marques françaises.
Le site de l’EUIPO pour les marques européennes.
Le site de l’WIPO pour les marques internationales.

Questions fréquentes sur le nom de domaine (FAQ)

Où acheter un nom de domaine ?

L’achat d’un nom de domaine se fait la majorité du temps auprès d’un registraire (registrar en anglais) ou bureau d’enregistrement. Dans les faits, l’achat, l’enregistrement et le renouvellement d’un nom de domaine sont des taches souvent prises en charge par l’hébergeur web sur lequel sera domicilié le site web. Les hébergeurs web proposent tous la possibilité de réserver des noms de domaines et l’enregistrement est souvent gratuit la première année.

Comment acheter un nom de domaine déjà pris ?

Il est très difficile de récupérer un nom de domaine déjà enregistré. Il est néanmoins possible de faire une offre de rachat en utilisant l’outil de Domain Typer faire une offre de rachat ou récupérer les coordonnées du propriétaire sur Whois Raynette pour essayer de le contacter.

Comment acheter un nom de domaine expiré ?

Il existe de nombreuses plateformes pour dénicher des noms de domaines expirés ou arrivant à expiration. Kifdom ou Youdot figurent actuellement parmi les plateformes les plus utilisées. Attention, acheter un nom de domaine peut comporter des risques, il faut donc s’avérer précautionneux dans la démarche d’acquisition.

Qu’est-ce que l’extension d’un nom de domaine ?

L’extension d’un nom de domaine ou extension TLD ( Top Level Domain) correspond au suffixe à la fin d’un nom de domaine. Parmi les extensions les plus présentes sur le Web : .com, .cn (Chine), .tk (Tokelau), .de (Allemagne), .org ou encore .net.

Comment savoir si un nom de domaine est disponible ?

Pour connaître la disponibilité d’un nom de domaine, il faut interroger le registre officiel des noms domaines. En fonction de l’extension, il faudra s’adresser à l’organisation pertinente. À titre d’exemple, dans le cas de l’extension de domaine .com il faut consulter la société VeriSign, dans le cas du .fr il faut interroger le registre de l’AFNIC, etc.

Heureusement il existe des outils qui permettent d’interroger tous les registres officiels simultanément, comme Domain Typer ou encore Lean Domain Search ou encore Viaduc.